Travaux d'entretien

image d'illustration

Ouvrage contre l'érosion

Palissade en pieux jointifs pour lutter contre l'érosion de la Rive sud

image d'illustration

Vaches Highland

ces vaches sont utilisées localement pour lutter contre l'embuissonnement de certains secteurs de la Grande Cariçaie

image d'illustration

Elbotel

une faucheuse prototype construite pour l'entretien des marais de la Grande Cariçaie

image d'illustration
image d'illustration
image d'illustration
image d'illustration
image d'illustration
image d'illustration
image d'illustration
image d'illustration

Ruisseaux et cours d'eau

Les surfaces marécageuses apparues dès la fin de la 1ère Correction des Eaux du Jura ont rapidement été exploitées par l’homme (fauchage, exploitation forestière, exploitation agricole, infrastructures portuaires, etc.). Le développement de ces activités et leur pérennisation nécessitaient que les eaux de ruissellement soient , à l’image du lac, maîtrisées. Les ruisseaux qui pouvaient circuler librement sur les terres exondées ont donc été largement corrigés durant la première moitié du 20ème siècle comme en témoignent les nombreux fossés et canaux de drainage rectilignes visibles sur les photos aérienne des années 1950. Ces travaux ont fortement réduit l’alimentation en eau de vastes surfaces de marais et de forêt alluviale. A partir des années 1980, un certain nombre de ruisseaux corrigés ont fait l’objet d’une renaturation dans le cadre de la gestion conservatoire des marais.

Renaturation

Afin de restaurer en partie l’alimentation en eau des milieux naturels, des travaux de renaturation de ruisseaux sont entrepris par l’Association de la Grande Cariçaie depuis plusieurs années, en collaboration avec les partenaires cantonaux et communaux concernés.

Les objectifs conservatoires visés par la renaturation des cours d’eau sont multiples. Du point de vue biologique et de manière générale, la renaturation cherche à freiner deux phénomènes indésirables générés par les corrections de cours d’eau et qui péjorent la qualité des marais. D’une part ces corrections, en rejetant l’eau dans les marais, ont entraîné une eutrophisation localisée de ceux-ci (eaux chargées en éléments nutritifs provenant de l’arrière-pays agricole). D’autre part ces corrections, en rejetant les alluvions dans les marais, ont favorisé un embroussaillement des cônes d’alluvions formés.

De plus, et dans la plupart des cas de renaturation, en rétablissant un écoulement libre des eaux et des alluvions en forêt alluviale proche de ce qu’il pouvait être avant la correction du cours d’eau, la renaturation permet la restauration d’une dynamique alluviale telle que souhaitée par les principes de protection des zones alluviales.

Parallèlement aux objectifs conservatoires, la renaturation tient compte non seulement des impératifs de sécurité des eaux mais peut même participer, de cas en cas, à l’amélioration de la situation biologique des ruisseaux traités.

Mise en oeuvre

La renaturation de cours d’eau est l’une des mesures de gestion les plus complexes à réaliser dans les réserves naturelles de la Grande Cariçaie en matière de partenariat et de moyens à mettre en oeuvre. Cette complexité est liée notamment à l’intercantonalité de certains cours d’eau, à la multiplicité des partenaires, à l’interprétation de concepts légaux (p. ex. la notion de domaine public des eaux et domaine privé des eaux) et à la délimitation des champs de compétence des partenaires (cantons, communes, services cantonaux). A ce jour, sept ruisseaux (cf. tableau ci-dessous) ont ainsi bénéficié de mesures de renaturation.